Le digital au service du développement durable…

Pourquoi ne pas intégrer le digital dans l’éducation des adultes ? Tel est le défi lancé par le Centre National de l'Education des Adultes, DVV international-Tunisie et les autres partenaires impliqués dans ce programme d’intégration du digital dans l’éducation des adultes.

« L’éducation des adultes ne se limite pas qu’à l’apprentissage de la lecture, de l’écriture et du calcul, loin s’en faut » a dit la directrice régionale pour l’Afrique du Nord de DVV International. Aujourd’hui, le digital est devenu une composante intégrante de la société. Alors, il n y’a aucune raison pour ne pas s’appuyer sur ces outils numériques et les intégrer dans nos programmes et nos actions portant sur l’éducation pour adultes ». En effet, le 2 juillet dernier a eu lieu à Tunis l’atelier de validation de « l’Étude d’opportunité de filières non formelles d’insertion des jeunes à l’économie numérique ». Plus de 50 cadres des structures nationales et régionales de l’éducation pour adultes ont participé à cet évènement ayant englobé les régions du Grand Tunis, Kairouan, Bizerte, Kasserine, Kebili, Gafsa, Tataouine, Sfax, Jendouba, Sousse, Siliana et Nabeul. Cet atelier fait suite à la réunion tenue le 11 juin 2020 au Centre National d’Education desr Adultes (CNEA) relative à la présentation des résultats de l’étude de faisabilité en matière de digital. Un atelier impliquant les acteurs régionaux de l’éducation des adultes a été justement recommandé par le CNEA et ce afin de partager les résultats de ladite étude au sein du dispositif de l’éducation pour adultes. De son côté, le directeur général du CNEA, Mohamed Ben Youchââ, a mis en exergue l’importance du digital dans la valorisation de l’éducation des adultes en Tunisie. Il a, à cet effet, rappelé que « le CNEA possède sa propre vision autour de la question de l’intégration du digital dans les curriculums de l’éducation des adultes », indiquant que « le champ d’intervention de l’éducation des adultes est très large, ne se limite pas à l’alphabétisation et touche toutes les catégories et tranches d’âges ». Le directeur général du CNEA a rappelé en outre que « l’identification des solutions de formation au digital vise à révéler les activités génératrices de revenus d’où l’importance accordée par le centre à l’apprentissage reposant sur des outils informatiques ». Aujourd’hui, comme pour le programme Smart City qui vise à positionner la Tunisie en tant que Hub pour l’Europe et pour la région MENA, l’intégration du digital dans l’éducation des adultes peut constituer une opportunité pour cette catégorie afin d’améliorer ses revenus en approchant de nouveaux marchés via tout ce que l’économie numérique permet.   

Par ailleurs l’étude a permis d’observer l’évolution des systèmes d’information de la transition numérique opérée par le gouvernement tunisien, lesquels vont profondément transformer la relation citoyen-citoyen et citoyen administration.

Il est ainsi primordial de pouvoir accompagner  les populations à l’usage des nouveaux systèmes qui sont en cours de mise en place au risque d’augmenter encore la fracture sociale qui touche une grande partie des tunisiens.

Les outils de communication et de productivité -pour la plupart gratuits- qu’offre l’internet, peuvent permettre l’inclusion des populations les plus défavorisées et leur accès à l’information, à l’éducation et à l’intégration dans l’économie formelle.

Cette intégration est favorisée par l’engouement des créateurs de startups pour la vente en ligne des produits du terroir et d’artisanat. C’est un créneau porteur d’inclusion économique à condition que les petits producteurs locaux soient formés à l’usage des outils de l’internet, conscients des bénéfices qu’ils peuvent en tirer pour obtenir de la visibilité et se conformer aux nouveaux dispositifs de l’économie sociale et solidaire qui sont mis en œuvre actuellement.

 

 

VHS DVV International LogoBMZ Logo